Croisières- Nouveau

Croisière Antarctique - Cercle Polaire Antarctique Cercle polaire antarctique et plateforme Wilkins

  • Manchots Adélie - Antarctique
  • Antarctique
  • Faune et glaces de l Antarctique - Antarctique
  • Baleine - Antarctique
  • Baie Marguerite - Antarctique
  • Baleine à bosse - Antarctique
  • Icebergs en Mer de Weddell - Antarctique
  • Manchots Papous sur l île Booth - Antarctique
  • Antarctique
  • À partir de 14220 $CAD
  • Prochain départ
  • Croisière
  • 16 Jours
  • Niveau :
  • Altitude
  • Code : ANT546

  • • Le passage du cercle polaire antarctique
  • • La découverte de la plus grande plateforme glaciaire d'Antarctique
  • • La navigation le long d'immenses fronts glaciaires
  • • Prendre le temps de découvrir la péninsule Antarctique
  • • Marcher dans les traces des grandes expéditions
  • • Une faune préservée

Ce voyage est une véritable expédition durant laquelle vous pourrez explorer la région très rarement visitée de la mer de Bellingshausen, la baie Marguerite et l'île Alexander en passant par la plus grande plateforme glaciaire d'Antarctique, celle de Wilkins.
Vous partirez d'Ushuaia et vous vous dirigerez directement vers le cercle polaire antarctique, l'objectif étant d'aller encore plus au sud. La variété des débarquements, le sentiment d’être seul au monde et l'expérience de la nature sauvage dans cette région ne sont comparables qu'à très peu d'endroits sur Terre.
Vous verrez des plateformes de glace, débarquerez sur des îles où très peu de gens ont mis les pieds et profiterez de ce paysage impressionnant. La faune y est très riche, vous pourrez observer de nombreux animaux sauvages notamment des baleines à bosse et des baleines de Minke, des phoques de Weddell et des otaries à fourrure subantarctique, peut-être même des phoques de Ross. Les manchots papous et Adélie, les skuas, les sternes et les pétrels géants ne sont que quelques-unes des espèces d'oiseaux antarctiques que vous pourrez contempler.

  • Activités

    Navigation, Découverte, Observation animalière, Photographie, Randonnée, Raquette

  • Hébergements

    En bateau (15), en hôtel (1)

  • Itinérance

    Voyage itinérant

  • Environnement

    Terres Polaires

Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

13/03/2024

28/03/2024

14220 $CAD Assuré

Le prix comprend

La pension complète durant la croisière (hors boissons) sur la base d'un hébergement en cabine quadruple partagée.

Le prix ne comprend pas

les vols et la nuit d'hôtel avant la croisière, les assurances, les suppléments pour cabine de catégorie supérieure, les pourboires et les consommations personnelles (service de blanchisserie, communications et consommations).

Complément d'information tarifaire

Le prix affiché indique celui d'une cabine quadruple. Pour autres cabine, merci de nous consulter.

Idées associées

Baleine  /   Iceberg  /   Ushuaia  /   Phoque  /   Drake  /   Cercle polaire.

Jour par jour

Jour 1 :

Ushuaia (Argentine)

Matinée libre dans la capitale de la Terre de Feu. C'est l'occasion de découvrir la ville et son ancien bagne ou de visiter le parc national Lapataia. Embarquement en fin d'après-midi et début de la navigation sur le canal de Beagle, bordé de montagnes, pour le reste de la soirée.

  • Hébergement : en bateau
Jours 2 et 3 :

Sur les traces des explorateurs polaires

Au cours des deux prochains jours dans le passage de Drake vous vivrez certaines des expériences vécues par les grands explorateurs polaires qui ont cartographié ces régions pour la première fois : des brises fraîches et salées, une mer agitée, … Vous pourrez peut-être observer le souffle d’un rorqual commun.
Vous pourrez découvrir la vie marine mais aussi la diversité de la vie aviaire : les albatros errants, les albatros à tête grise, les albatros à sourcils noirs, les albatros fuligineux à manteau clair, les fulmars, les pétrels de Wilson, les pétrels bleus et les pétrels antarctiques sont quelques-uns des oiseaux que vous pourrez observer.

  • Hébergement : en bateau
Jour 4 :

A travers le détroit de Pendleton

Vous arriverez en péninsule Antarctique près du cercle polaire antarctique dans l'après-midi. Si la glace le permet, vous pourrez ensuite continuer à travers le détroit de Pendleton et tenter un débarquement à la pointe sud de l'île de Renaud. Vous aurez la possibilité de voir les premiers manchots Adélie du voyage et de profiter de vues spectaculaires sur les icebergs dans cet environnement surréaliste balayé par la neige.
Dans l'après-midi, vous naviguerez vers les îles Fish et rencontrerez l'une des colonies de manchots Adélie et de cormorans huppés.
Vous passerez la nuit dans la région de Crystal Sound. Il est possible de voir des orques, baleines à bosse et baleines de Minke dans cette zone.

  • Hébergement : en bateau
Jour 5 :

L'île Detaille et The Gullet

A l'île Detaille, vous pourrez débarquer dans une ancienne station de recherche britannique pour admirer la position élevée de l'île et le paysage imposant des glaciers.
Vous naviguerez ensuite à travers The Gullet, l'un des canaux étroits les plus impressionnants de l'Antarctique, avec des montagnes imposantes de chaque côté et la présence de nombreux animaux. Si les conditions de glace le permettent, vous pourrez débarquer à terre ou profiter d'une croisière dans l'après-midi.

  • Hébergement : en bateau
Jour 6 :

L'île Pourquoi-Pas ? et l'île Horseshoe

Entre la côte ouest de la Terre de Graham et l'île Adélaïde, l'île Pourquoi-Pas ? fut découverte par l'expédition française en Antarctique dirigée par lé célèbre explorateur Jean-Baptiste Charcot. Vous pourrez débarquer sur une plage rocheuse avec en toile de fond le glacier de Moider et la baie Marguerite. Vous aurez aussi l'occasion d'observer les otaries à fourrure qui aiment se détendre sur la petite plaine derrière la plage.
Après le déjeuner vous vous dirigerez vers l'île Horseshoe appelée ainsi en raison de sa forme en fer à cheval. Une ancienne station de recherche donne un aperçu des débuts de la recherche scientifique, et des artefacts originaux restent exposés pour apprécier à quel point le mode de vie était différent à cette époque pionnière. La cabane est située parmi certains des plus beaux paysages de l'Antarctique.

  • Hébergement : en bateau
Jours 7 à 10 :

George IV et le plateau glaciaire de Wilkins

Si la glace et les conditions météorologiques le permettent, vous vous dirigerez vers les plateaux de glace de l'Antarctique (le George IV et le Wilkins), vous découvrirez l'ampleur de ces vastes fronts glaciaires, ces vertigineux glaciers suspendus et les étendues de glace propres à l'Antarctique.
Vous contemplerez une faune antarctique variée : baleines à bosse, otaries à fourrure et manchots Adélie. Avec un peu de chance, vous verrez peut-être un ou plusieurs phoques de Ross.

  • Hébergement : en bateau
Jour 11 :

Les îles Jenny et Leonie

L'île Jenny donnera un nouvel aspect à votre expérience en Antarctique : vous pourrez voir des plages surélevées, des glaciers de très haute altitude et des tapis de mousse. L'île est très appréciée par la faune avec en particulier des sternes, des skuas, des éléphants de mer et des léopards de mer, des manchots Adélie, qui sont tous des visiteurs réguliers.
Vous débarquerez sur l'île Léonie et aurez la possibilité d'entreprendre une randonnée jusqu'à son sommet, offrant un panorama spectaculaire sur la baie Marguerite et l'île Adélaïde.

  • Hébergement : en bateau
Jour 12 :

Lagoon et îles Mikkelsen

L'île Lagoon est l'île la plus septentrionale du groupe des îles Léonie, également découverte et cartographiée par Jean-Baptiste Charcot. Cette île basse offrira un contraste saisissant avec les jours précédents grâce à ses plages en pente douce et ses zones plates à explorer. La faune variera en fonction de la couverture de neige. S'il y a peu de neige, le sol ressemble presque à un désert.
Vous découvrirez les îles Mikkelsen en bateau pneumatique, où vous pourrez espérer rencontrer jusqu'à cinq espèces de phoques antarctiques. Vous aurez également la possibilité de voir de beaux oiseaux, tels que des pétrels géants et des manchots Adélie.

  • Hébergement : en bateau
Jours 13 à 15 :

Paysages familiers

Votre voyage retour est loin d'être solitaire. En traversant le Drake, vous êtes à nouveau accueilli par la faune aperçue à l'aller. Les paysages sont toujours aussi surprenants.
La navigation se poursuit, rythmée par les observations et les conférences.

  • Hébergement : en bateau
Jour 16 :

Débarquement à Ushuaia (Argentine)

Toutes les bonnes choses ont une fin. Débarquement en tout début de matinée au port commercial d'Ushuaia.

  • Hébergement : en avion

Important itinéraire

Ce programme permet de découvrir la péninsule Antarctique à bord d’un navire d’expédition dont l’équipage est anglophone. Ceci n’est qu’un exemple d’itinéraire. Le programme définitif sera déterminé à bord par le commandant du navire et le chef d’expédition. Nous attirons votre attention sur le fait que vous vous trouverez dans la région la plus éloignée du monde. Aucun débarquement ne pourra être garanti. Dans cette région, les conditions climatiques et de glace peuvent changer très vite et remettre en cause une sortie en bateau pneumatique. La priorité sera avant tout votre sécurité.

D'autre part, les Tours Opérateurs membres de l'association IAATO (dont fait partie la compagnie maritime), harmonisent les lieux d'escale en début de saison, de façon à ne pas trouver 2 bateaux sur les mêmes sites, au même moment. Une certaine souplesse est donc demandée.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Découverte,
Observation animalière,
Photographie,
Randonnée,
Raquette

Environnement

Terres Polaires

Itinérance

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 1 à 174 participants

Caractéristiques du circuit

Présentation historique des 2 voyages antarctiques de Jean-Baptiste Charcot

Jean-Baptiste Charcot, surnommé le "gentleman des pôles" par Robert Scott, entreprend un premier hivernage en péninsule Antarctique à bord du "Français", durant la saison 1904, sur l’île Booth. Près de 1000 kilomètres de terres sont découvertes le long de la Terre de Graham. Mais la goélette, trop petit bateau, souffre beaucoup de la navigation dans les glaces et doit être vendue aux Argentins à son retour à Buenos Aires. Charcot fait alors construire un navire plus grand, puisqu’il dispose de moyens accrus, bénéficiant pour le deuxième voyage, de l’aide officielle du gouvernement français. Ce second bateau, baptisé "Pourquoi-Pas ?" est un véritable laboratoire scientifique flottant qui se prépare à hiverner le plus sud possible. En effet, le but de la deuxième expédition est de poursuivre les travaux et les explorations effectués à bord du "Français" en Antarctique.

L’équipage quitte le Havre, le 15 août 1908. Le "Pourquoi-Pas ?" charbonne à Cherbourg avant de mettre le cap sur Madère, le Cap-Vert, Rio de Janeiro et Punta Arenas. Il appareille de Punta Arenas le 16 décembre 1908. Lorsqu’il pénètre dans la caldeira de l’île Deception, dans les Shetland du Sud, Charcot trouve la baie encombrée par de nombreux bateaux baleiniers. Il reçoit du charbon en remerciement de services rendus aux pêcheurs sur place. Cap au sud, le cercle polaire est franchi, le 14 janvier 1909, puis c’est "l’inconnu, l’inattendu", selon les termes de Charcot dans son journal de voyage. Il découvre un golfe et toute une ligne de côte avec des sommets couverts de glaciers auquel il donne le nom de baie "Marguerite", prénom de sa femme, et baptise la nouvelle terre découverte "côte Fallières", du nom du président de la République de l’époque. Un cairn est laissé sur l’île Jenny, et le 30 janvier 1909 Charcot doit appareiller pour chercher un lieu d’hivernage plus au nord.

Il hiverne à Port Circoncision (île Petermann). Mais Port Circoncision ne constitue pas un lieu d’hivernage idéal : la houle et les icebergs pénètrent dans l’anse par tempête de nord-est et la coque du bateau part talonner sur les rochers. En outre, des problèmes de santé se déclarent et Charcot souffre d'anémie. Cependant fin 1909, le "Pourquoi-Pas ?" retourne naviguer au-delà de la baie Marguerite et l’équipage découvre, le 11 janvier 1910, l’île Charcot, près de l’île Alexandre 1er. Le "Pourquoi-Pas ?" est de retour en France en juin 1910.

Hébergement

A bord du Hondius
Le bateau d’expédition a été entièrement aménagé de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 174 passagers. Il possède la plus haute classification glace "1A-Super". Cela permet des navigations, en toute sécurité, en petits groupes, suivant la réglementation en vigueur en région polaire. Il répond aux exigences du code polaire adoptées par l’Organisation Maritime Internationale (OMI), vous permettant ainsi d’apprécier la région polaire, en l’impactant le moins possible.
Ce navire est le plus flexible, le plus avancé et le plus innovant navire des régions polaires. Il est optimisé pour les voyages entre l’Arctique et l’Antarctique.
L’objectif est de passer un temps réduit en mer pour un accès rapide et efficace sur les lieux de département. Un bateau qui est équipé de stabilisateurs perfectionnés et de deux moteurs principaux capables d’alimenter le navire à une vitesse de 15 nœuds.

Longueur hors-tout : 107,6m
Largeur maître-bau : 17,6m
Tirant d’eau : 5,30m
Propulsion : 2 x ABC moteur principal, total 4,200kW
Vitesse : 15 nœuds
Capacité : 174 passagers
Pavillon : Pays Bas
Classe de glace : Classe Polaire 6 (équivalent à 1A-Super)
Equipage : 72 membres de l’équipage et du personnel

Cabines et ponts
Le navire possède la classification glace (équivalent à 1A-Super), ce qui lui permet des navigations poussées, dans la glace. Il offre évidemment des conditions d'hébergement très confortables, 8 catégories de cabines équipées, réparties sur les 5 ponts du bateau, 1 salle à manger, 1 large salon d’observation, 1 salle de lecture. Ces derniers sont réservés pour une grande variété d’ateliers, d’expositions, et de représentations, particulières.

8 catégories de cabines avec salle de bains privée et vue extérieure :
- 6 grandes suites, lit double, balcon (27m²)
- 8 suites juniors, lit double, fenêtre (19 à 20m²)
- 8 cabines supérieures, lit double fenêtre (20 à 21m²)
- 11 cabines doubles de luxe, fenêtre (19 à 21m²)
- 14 cabines doubles, fenêtre (12 à 14m²)
- 28 cabines doubles, hublot (12 à 18m²)
- 2 cabines triples, hublot (12 à 18m²)
- 4 cabines quadruples, hublot (12 à 18m²)

Afin de vous offrir un contact maximum avec la nature et la faune pour lesquels vous voyagez, nous employons une flotte robuste de bateaux pneumatiques qui garantissent un débarquement rapide et sécurisé. Il dispose de deux échelles de coupée séparées et une plateforme d’embarcation avec un abri couvert qui peut aussi être utilisée pour les activités tel que le kayak.

A bord, la vie est conviviale dans l'esprit des bateaux d'expéditions, loin des soirées de gala et des décors des grands bateaux de croisière. Le bar et la bibliothèque, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence.

Afin de garder l’esprit d’expédition, les tenues à bord sont informelles.
Apportez des vêtements décontractés et confortables pour toutes les activités, et gardez à l'esprit que la plupart des paysages peuvent être observés et appréciés depuis le salon. Apportez des chaussures solides avec des semelles antidérapantes, et assurez-vous que votre veste n’est jamais loin au cas où un membre de l’équipage annonce "baleines !" dans le haut-parleur et que vous deviez vous précipiter à l’extérieur rapidement. Optez pour plusieurs couches, puisqu’il fait confortablement chaud à bord du bateau mais souvent froid sur le pont.

Pour l'observation, les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l'accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart. La taille réduite donne une grande souplesse d'organisation des journées. La priorité reste l'observation de la faune et de l'environnement, avec une optimisation des temps de débarquement.

Les dépenses faites sur le bateau seront mises sur la note de votre cabine qu’il faudra régler le dernier jour de la croisière auprès du maître d’hôtel. Ces dépenses peuvent être réglées par carte de crédit (Visa ou MasterCard) ou espèces (euro et dans certains cas, dollar). Les chèques ne sont pas acceptés à bord. Bien que les prix et la monnaie standard soient en euros, d’autres devises peuvent être acceptées à titre exceptionnel par le maître d’hôtel, aux taux en vigueur.

Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons). Vous pouvez vous servir en permanence, gratuitement, de thé, café et eau minérale.

Encadrement

Anglophone.

Préparation physique

De manière générale vous devez être en bonne santé et capable de marcher en terrain accidenté. Néanmoins, la croisière ne présente pas de difficulté physique particulière. Après votre inscription un questionnaire santé vous sera remis.

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple (ou valise).

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 8 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple (ou valise) :
Il doit contenir le reste de vos affaires.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée et prenez vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports doivent être mis sous sac plastique scellé mais toutes les boutiques ne proposent pas ce sac : renseignez-vous avant de faire vos achats.
- Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières ; attention cependant aux correspondances.

Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. Les nouvelles fibres synthétiques comme la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton.
Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent. Un dicton habituel en région polaire : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !".

La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.


Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- La veste imperméable qui doit être munie d’une capuche. Le Gore-tex est idéal. La veste étanche est la couche de vêtements la plus importante.

- Un pantalon chaud. Un pantalon de ski convient ou un pantalon robuste qui puisse être porté entre vos sous-vêtements et un pantalon imperméable. Un jean et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions et pour porter à bord du bateau.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous-vêtements secs et chauds. Le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirant.

- Sous-vêtements : le polypropylène est fortement recommandé, il vous garde au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe protègent les oreilles.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en polypropylène ou coton/laine permettent l’isolation des pieds. Apportez plusieurs paires, sachant que vous aurez inévitablement les pieds mouillés par la transpiration ou si vous mettez malencontreusement un pied dans l’eau.

- Une paire de bottes en caoutchouc complètement étanches, rigides et antidérapantes est essentielle pour les accostages : vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse ou de pêche recommandées). Ces bottes peuvent être réservées à bord du bateau.

Equipement

- Des lunettes de soleil de bonne qualité. Notez que la réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres
- Une paire de jumelles
- Le bateau est équipé de prises électriques européennes. Le courant électrique à bord du bateau est de 220 volts/50 Hertz.
- Des boules Quies peuvent être utiles si vous partagez votre cabine avec un ronfleur.

Matériel fourni

Des bottes étanches sont prêtées à bord.

3. Formalités et santé

Formalités

Pour obtenir les informations sur les formalités d'entrée dans le pays, consulter : http://www.voyage.gc.ca/countries_pays/menu-fra.asp

Vaccins Obligatoires

Pas de vaccin obligatoire, sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de pays d'Afrique subsaharienne et d'Amérique latine où la maladie est présente.

Vaccins Conseillés

- Diphtérie, poliomyélite, tétanos (il est important, pour les voyageurs en région polaire, d’être vacciné contre le tétanos, qui peut compliquer des gelures graves) ;
- hépatite B, maladie sexuellement transmissible ;
- hépatite A, transmise par l'alimentation ;
- rage, pour les séjours longs.

Autres risques

PENDANT LA PERIODE DE CIRCULATION DU COVID19, NOUS INVITONS LES VOYAGEURS A CONSULTER NOS « NEWS » SANTE, OU NOUS ACTUALISONS LES RECOMMANDATIONS SANITAIRES.

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction du type de voyage (durée, hébergement, mode de déplacement, activités…).
Ils peuvent relever de facteurs divers :
- la région elle-même ;
- les conditions climatiques ;
- les moyens de transport.

La région.
Si, dans les régions polaires, la circulation des microbes et des virus est moindre que dans les régions chaudes, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme existe cependant. C’est vrai pour la grippe dans le milieu fermé qu'est un bateau de croisière. Vrai également pour les risques alimentaires liés aux viandes de chasse ou à la contamination d'aliments par les déjections d'animaux sauvages.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur de l'hiver ne concerne pas les croisières de l'été austral, au cours desquelles les températures peuvent toutefois être négatives. Le froid ressenti est accentué par des vents souvent très violents.

Les déplacements.
Les risques sanitaires lors des croisières, où qu'elles se passent, sont liés au confinement en espace clos (quelle que soit la taille et le luxe du bateau). Ce sont les occasions d’affections contagieuses, respiratoires, alimentaires, voire sexuelles.
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord. Le prix des consultations n’est pas inclus dans celui du voyage.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

Froid en hiver, sur le continent, les températures atteignent des minima de -80 à -90° ; mais, l’été (décembre, janvier et février), en péninsule Antarctique, elles varient entre +2 et -3°. Sec. Pas plus de 200 à 300mm de précipitations annuelles sur les régions côtières ; l’été étant la saison la moins floconneuse. Des vents catabatiques balaient régulièrement les zones littorales ; ils faiblissent un peu en décembre et janvier. Dans les hautes latitudes (50e et 60e parallèles), les conditions météo évoluent très vite. Une dépression, suivant un cycle régulier, passe toutes les 48 heures. Le passage de Drake est particulièrement venté et le bateau peut être chahuté pendant une trentaine d’heures. Les conditions climatiques sont également très changeantes sur les Shetland du Sud.

La Terre de Feu
Après un vol d’Europe via Buenos Aires vous atterrissez à Ushuaia, capitale de la province de Terre de Feu argentine. La ville est située au pied des monts Martial, au nord d’une baie bien protégée des vents dominants d’ouest. La ville elle-même n’a que peu d’intérêt : ville de pionniers axée sur la vente de produits hors taxe, installée au cœur d’un site grandiose. C’est une ville de 45 000 habitants, offrant de nombreux services. Rendez-vous à l'ancien bagne, transformé en musée maritime (à l'extrémité est de la rue San Martin, dans l'enceinte de la base militaire).

Informations météorologiques
Dans ces hautes latitudes des cinquantièmes et des soixantièmes, les conditions météorologiques évoluent très vite ; une dépression passe à peu près toutes les 48 heures, en suivant un cycle très régulier. Dès qu’elle s’annonce, un vent puissant et humide souffle du secteur nord/nord-ouest avec de très fortes rafales qui peuvent atteindre des vitesses de 60 à 80 nœuds. Vers la fin de la dépression, subitement, au passage du front froid, le vent tourne au secteur ouest/sud-ouest, la température baisse, des éclaircies apparaissent, entrecoupées d’averses brusques et denses. En quelques instants, le vent peut atteindre des vitesses impressionnantes. Le vent tourne alors au secteur sud/sud-ouest, la température chute encore et pendant que le baromètre remonte, c’est un ciel dégagé, un vent froid et fort puis le calme revient. Dès l’annonce d’une nouvelle dépression, le vent passe au nord-ouest et le cycle recommence. Ces vents se font particulièrement sentir durant la traversée du passage Drake et le bateau peut être malmené durant une trentaine d’heures.

La convergence antarctique est la zone de séparation, limite océanographique et frontière biologique étendue tout autour du continent. Vous la franchirez aux alentours du 60e degré de latitude sud. C’est le lieu de rencontre entre les eaux froides et peu salées, en provenance du continent antarctique, qui se dirigent vers le nord et passent sous les eaux relativement plus chaudes et plus salées, arrivant des régions plus tempérées.

En péninsule Antarctique, la température extérieure varie entre +2°C et -3°C. C’est en été, de novembre à janvier, que les précipitations sont les plus faibles.

L’Antarctique est principalement visité pour ses immenses et impressionnants paysages de glace. Durant la navigation le long des côtes, nous longerons des centaines d’icebergs gigantesques, tout particulièrement à Port Pleneau. Les mois de janvier et février sont la meilleure période pour observer toute la faune qui vient se reproduire durant le court été austral : mammifères marins (baleines à bosse, petits rorquals, rorquals communs, phoques crabiers, phoques de Weddell, éléphants de mer et phoques léopards), les manchots (manchots Adélie, manchots papous et manchots à jugulaire) et les oiseaux marins (albatros, sternes, goélands dominicains, damiers du Cap et pétrels géants).

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Réglementation IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators) Directives pour les visiteurs de l'Antarctique :
Les activités menées dans l'Antarctique sont régies par le Traité sur l'Antarctique de 1959 et les accords associés, désignés collectivement sous le terme de "Système du Traité sur l'Antarctique". Le Traité a établi l'Antarctique comme zone de paix et de science.
En 1991, les parties consultatives du Traité sur l'Antarctique ont adopté le Protocole sur la Protection de l'Environnement du Traité de l'Antarctique, qui désigne l'Antarctique comme réserve naturelle. Le Protocole instaure des principes, des procédures et des obligations en matière d'environnement pour la protection globale de l'environnement de l'Antarctique ainsi que de ses écosystèmes dépendants et associés. Les parties consultatives ont convenu qu’en attendant son entrée en vigueur, les dispositions du Protocole doivent être appliquées autant que possible de manière appropriée, et ce conformément à leur système juridique. Le Protocole sur la Protection de l’Environnement a été ratifié en 1998.
Le Protocole sur la protection de l'Environnement s'applique au tourisme et aux activités non gouvernementales ainsi qu'aux activités gouvernementales menées dans la zone du Traité sur l'Antarctique. Il vise à s’assurer, que ces activités n'ont pas d'impacts négatifs sur l'environnement en Antarctique ni sur ses richesses scientifiques ou esthétiques. Ces directives pour les visiteurs de l'Antarctique visent à s’assurer que tous les visiteurs ont connaissance du Traité et du Protocole et sont par conséquent en mesure de s'y conformer. Les visiteurs sont bien entendu tenus par les lois et règlements nationaux applicables aux activités dans l'Antarctique.

La compagnie maritime est membre de l'association IAATO et s'engage à respecter les règles de conduite des visiteurs en Antarctique. La capacité limitée des navires "Ortelius"et "Plancius" permet de débarquer tous les passagers en même temps, sur un même lieu.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

Bibliographie

Jean-Baptiste Charcot,
Le "Français" au Pôle Sud, Ed. Aube document
Le "Pourquoi-pas ?" dans l’Antarctique, Ed. Arthaud

Jean-Louis Etienne,
Antarctica, Une aventure dans les mers australes, Ed. Gallimard

Michel Fehrenbach,
Aurores boréales et australes, GNGL Productions

Marie Foucard,
Antarctique et Terres australes, Guides Grand Nord Grand Large
Voyage au pays des manchots, Ed. Atlantica
Les cap-horniers du Roi Soleil, Ed. Atlantica

Peter Harrison,
Oiseaux de mer, guide d’identification, Ed. Broquet

Serge Kahn,
JB Charcot, explorateur des mers, navigateur des pôles, Ed. Glénat.

Claude Lorius, Roger Gendrin,
L’Antarctique, Ed. Flammarion

Rémy Marion,
Guide des manchots, Ed. Delachaux et Niestlé

A-M Vallin-Charcot, Marie Foucard, Serge Kahn,
Sur les traces de Jean-Baptiste Charcot, 100 ans après le 1er hivernage en Antarctique, Ed. Atlantica

Paul-Emile et Jean-Christophe Victor,
Planète Antarctique : nouvelle terre des hommes, Ed. Pluriel, Robert Laffont

Extension

Pour prolonger votre voyage, n’hésitez pas à rester quelques jours de plus en sélectionnant une extension.

Activités non incluses :
Kayak
Prix : à partir de 420€/personne.
Groupe de 28 participants.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.

Découvrez notre bateau

Hondius
S'inscrire / Poser une option