Croisières Croisière Antarctique - Voyage Antarctique Aux confins de l'Antarctique

  • Le Plancius en terre de Graham - Antarctique
  • Baleine à bosse - Antarctique
  • Débarquement du Plancius - Antarctique
  • Manchots à jugulaire - Mer de Weddell - Antarctique
  • Paradise Bay - Antarctique
  • Péninsule Antartique
  • Terre de Graham - Antarctique
  • Le Plancius en terre de Graham - Antarctique
  • Manchots Papous - Antarctique
  • Baleine à bosse - Antarctique
  • À partir de 12650 $CAD
  • Prochain départ
  • Croisière
  • 11 Jours
  • Niveau :
  • Altitude
  • Code : ANT502

  • • Une croisière au cœur de la péninsule Antarctique
  • • L'observation d'une faune extraordinaire
  • • La navigation sur les lieux d'hivernage de Charcot
  • • La découverte d'anciens sites baleiniers
  • • Les options camping et kayak
  • • Des accompagnateurs francophones

Grand Nord Grand Large vous propose cette croisière à bord du "Plancius" sur les traces du commandant Charcot. Le “Gentleman des pôles” est étroitement lié à la Terre de Graham puisque il fut le premier à hiverner au début du XXe siècle. La péninsule Antarctique offre au voyageur le sentiment d’être le premier à en percer les secrets : archipel Melchior, baie Paradis, détroit de Gerlache, canal Lemaire. Royaume de l’immensité, l'Antarctique est aussi prodigue de plaisirs éphémères : capter le vol d’un pétrel géant, s’attendrir du comique involontaire des manchots, s’émerveiller du ballet aquatique des baleines sans cesse renouvelé.

La péninsule Antarctique se dévoile, au fil des escales entre criques, îles et îlots, le long de la Terre de Graham, merveille antarctique, au-delà du cap Horn. Au sud du sud, outre un littoral inspiré des plus belles cartes postales, la Terre de Graham possède un relief digne des montagnes européennes : sommets de plus de 3000 mètres battus par les vents, glaciers, séracs et moraines glaciaires.

Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

07/02/2019

17/02/2019

12650 $CAD Plus que 9 places

09/01/2020

19/01/2020

14500 $CAD Assuré

Le prix comprend

La pension complète à bord (hors boissons), sur la base d'un hébergement en cabine quadruple,les transferts et la nuit d'hôtel la veille de la croisière à Ushuaia.

Le prix ne comprend pas

Les vols, les assurances, les frais d'inscription, les boissons à bord, les pourboires à l'équipage, les repas durant les transferts, les taxes au départ d'Ushuaia (28$ environ, qui peuvent être réglées en euros, dollars ou par CB), le supplément pour un hébergement en cabine de catégorie supérieure, les dépenses personnelles à bord (service de blanchisserie, éventuelles communications, consommations de bar et éventuels médicaments) à régler par CB ou en espèces à la fin du séjour.

Complément d'information tarifaire

Prix par personne TTC suivant la catégorie souhaitée :
Cabine quadruple avec hublot pont 2 : Nous consulter
Cabine double avec hublot pont 3 : Nous consulter
Cabine double avec fenêtre pont 4 : Nous consulter
Cabine supérieure ponts 5 & 6 : Nous consulter
Supplément single, nous consulter.

Idées associées

Baleine  /   Manchot  /   Bateaux d’expédition  /   Charcot  /   Rorqual  /   Base Antarctique  /   Abri météorologique.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1 : Embarquement à Ushuaia (Terre de Feu)

Matinée libre pour découvrir la ville "la plus australe du monde". Embarquement au port commercial d'Ushuaia en milieu d'après-midi. Début de croisière et présentation de l'équipe d'encadrement. Le bateau quitte la Terre de Feu, cap sur l'Antarctique. Première nuit en mer.

  • Hébergement : en bateau

Jours 2 et 3 : En mer

Traversée du Drake. Le cycle des conférences débute par une présentation de la région et de la faune observée ainsi que du code de conduite du visiteur antarctique suivant la réglementation IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators). Vous êtes les bienvenus sur les ponts extérieurs (selon conditions météo) ou à la passerelle, pour observer les nombreux oiseaux qui suivent le bateau : pétrels géants, albatros à sourcils noirs et damiers du Cap.

  • Hébergement : en bateau

Jours 4 à 8 : Cabotage le long de la Terre de Graham

Une fois arrivé en Terre de Graham, notre navire d'expédition Plancius effectue un à deux débarquements quotidiens en bateau pneumatique, avec arrêts dans l'archipel Melchior, l'île Cuverville, l'île Danco, dans la baie d'Andvord, Neko Harbour et la baie Paradis pour observer les grandes colonies de manchots papous, mais aussi des manchots à jugulaire et manchots Adélie.

Durant le court été austral, les canaux sont normalement dégagés de glace de mer et le Plancius peut se faufiler entre les îles, au plus près des plages fréquentées par la faune. Il louvoie entre les imposants icebergs qui ont dérivé depuis la baie Marguerite et viennent le plus souvent s’échouer sur les hauts fonds de Port Pleneau, avant d’être sculptés par la mer et le vent, ou longe les fronts glaciaires, vous permettant d'assister au spectacle son et lumière des pans de glace qui se détachent du glacier dans un bruit assourdissant. Enfin, l'étrave se glisse entre des morceaux de glace à la dérive plus compacts lorsque nous pénétrons dans les canaux Lemaire, Gerlache ou Neumayer.

Le détroit de Gerlache est régulièrement fréquenté par les baleines : rorquals communs, baleines à bosse et orques. Escale à Port Circoncision (île Petermann), à l’anse du Français (île Booth) et à Port Lockroy, lieux découverts et cartographiés par Jean-Baptiste Charcot (2 débarquements sont prévus sur l'île Goudier et à Jungla Point).

Le bateau quitte la péninsule, le jour 10, à midi et met le cap au nord, pour entamer la traversée du passage Drake.

  • Hébergement : en bateau

Jours 9 et 10 : En mer

Deux journées de navigation sont nécessaires pour rejoindre le canal Beagle et Ushuaia. Le cycle des conférences reprend. Le dernier soir, après avoir embarqué le pilote, le bateau pénètre dans le canal Beagle.

  • Hébergement : en bateau

Jour 11 : Ushuaia

Débarquement au port d'Ushuaia en tout début de matinée et vol sur Buenos Aires. Soirée libre dans la capitale argentine. Allez déguster un "asado" (viande grillée) et, pourquoi pas, assister à un spectacle de tango. Votre accompagnateur francophone vous conseillera sur ce qu'il est possible de faire à Buenos Aires.

  • Hébergement : en hôtel

Important itinéraire

Ce programme permet de découvrir la péninsule Antarctique à bord d'un navire d'expédition dont l'équipage est anglophone, en compagnie de vos guides francophones. Ceci n’est qu’un exemple d’itinéraire. Le programme définitif sera déterminé à bord par le commandant du navire et le chef d’expédition. Nous attirons votre attention sur le fait que vous vous trouverez dans la région la plus éloignée du monde. Aucun débarquement ne pourra être garanti. Dans cette région, les conditions climatiques ou de glace peuvent changer très vite et remettre en cause une sortie en bateau pneumatique. La priorité sera avant tout votre sécurité.

D'autre part, les Tours Opérateurs membres de l'association IAATO (dont fait partie GNGL), harmonisent les lieux d'escale en début de saison, de façon à ne pas trouver 2 bateaux sur les mêmes sites, au même moment. Une certaine souplesse est donc demandée.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Observation animalière,
Photographie,
Randonnée

Environnement

Terres Polaires

Itinérance

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 2 à 114 participants

Caractéristiques du circuit

Présentation historique des 2 voyages antarctiques de Jean-Baptiste Charcot

Jean-Baptiste Charcot, surnommé le "Gentleman des pôles" par Robert Scott, entreprend un premier hivernage en péninsule Antarctique à bord du "Français", durant la saison 1904, sur l’île Booth-Wandel. Près de 1000 kilomètres de terres sont découverts le long de la Terre de Graham. Mais la goélette, bateau trop petit, souffre beaucoup de la navigation dans les glaces et doit être vendue aux Argentins à son retour à Buenos Aires. Charcot fait alors construire un navire plus grand, car il dispose de moyens accrus, bénéficiant pour le deuxième voyage de l’aide officielle du gouvernement français. Ce second bateau, baptisé "Pourquoi-Pas ?" est un véritable laboratoire scientifique flottant qui se prépare à hiverner le plus sud possible. En effet, le but de la deuxième expédition est de poursuivre les travaux et les explorations effectués à bord du "Français" en Antarctique.

L’équipage quitte le Havre, le 15 août 1908. Le "Pourquoi-Pas ?" charbonne à Cherbourg avant de mettre le cap sur Madère, le Cap-Vert, Rio de Janeiro et Punta Arenas. Il appareille de Punta Arenas le 16 décembre 1908. Lorsqu’il pénètre dans le cratère de l’île Deception, dans les Shetland du Sud, Charcot trouve la baie encombrée par de nombreux bateaux baleiniers. Il reçoit du charbon en remerciement pour des services rendus aux pêcheurs sur place. Cap au sud, le cercle polaire est franchi, le 14 janvier 1909, puis c’est "l’inconnu, l’inattendu", selon les termes de Charcot dans son journal de voyage. Il découvre un golfe et toute une ligne de côte avec des sommets couverts de glaciers auquel il donne le nom de baie "Marguerite", prénom de sa femme, et baptise la nouvelle terre découverte : "côte Fallières", du nom du président de la République de l’époque. Un cairn est laissé sur l’île Jenny, et le 30 janvier 1909 Charcot doit appareiller pour chercher un lieu d’hivernage plus au nord.

Il hiverne à Port Circoncision (île Petermann). Mais Port Circoncision ne constitue pas un lieu d’hivernage idéal : la houle et les icebergs pénètrent dans l’anse par tempête de nord-est et la coque du bateau part talonner sur les rochers. En outre, des problèmes de santé se déclarent et Charcot souffre d'anémie. Cependant fin 1909, le "Pourquoi-Pas ?" retourne naviguer au-delà de la baie Marguerite et l’équipage découvre, le 11 janvier 1910, l’île Charcot, près de l’île Alexandre 1er. Le "Pourquoi-Pas ?" est de retour en France en juin 1910.

Hébergement

Le bateau :
Plancius a été construit en 1976, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine royale hollandaise. Depuis décembre 2006, il appartient à la flotte de la compagnie Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire.

Longueur : 89m
Largeur : 14,50m
Tirant d’eau : 5m
Classification glace : 1 D
Déplacement : 3175 tonnes
Moteurs : 3 X diesel
Vitesse : 10 - 12 nœuds

Il peut accueillir 114 passagers, suivant la réglementation SOLAS (Safety Of Life At Sea), classé glace et enregistré à la Lloyd’s, sous pavillon hollandais.

Capacité : 114 passagers, en 53 cabines avec sanitaires privés.
Equipage : 38 membres d’équipage, incluant 7 guides-naturalistes et 1 chef d’expédition, 1 médecin.
l'équipage, le personnel de cabine et d'hôtellerie sont tous anglophones.

6 catégories de cabine disponibles :
- cabines quadruples (pont 2) avec 2x2 couchettes superposées, bureau. Superficie 15m².
- cabines triples (pont 2) avec 2 couchettes superposées, 1 couchette basse, bureau. Superficie 15m².
- cabines doubles, hublot (pont 3) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- cabines doubles, fenêtre (pont 4) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- cabines Deluxe (cabines 401 & 402, pont 4), avec 2 couchettes basses, 2 fenêtres (une fenêtre latérale et une fenêtre donnant sur l'arrière). Superficie 15m².
- cabines supérieures avec 1 lit double et 1 sofa lit (ponts 5 & 6). Superficie 21m².

Toutes les cabines ont des couchettes basses (sauf dans les cabines quadruples et triples), une salle de bains privée et vue extérieure (fenêtre ou hublot). Ce hublot peut être obstrué, en cas de mauvais temps ou pour des raisons de sécurité.
La literie et le linge de toilette sont fournis, ainsi qu'un sèche-cheveux.
Prises électriques européennes.
Pas de coffre-fort dans les cabines mais vous pouvez déposer vos objets personnels dans le coffre-fort du directeur d'hôtellerie.
Les plans de pont de nos navires expédition sont disponibles sur notre site, n’hésitez pas à les consulter pour choisir votre cabine.

A bord, la vie est conviviale dans l’esprit des bateaux d’expédition, loin des soirées de gala et des décors des grands paquebots de croisière. Le bar et la bibliothèque, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence. Le salon d'observation et les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l’accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart.

La taille réduite du navire donne une grande souplesse d’organisation des journées. Lors des navigations, des conférences sur des sujets liés aux pôles (faune, glaces, histoire, géologie, etc.) sont organisées. Le salon d'observation avec 4 écrans plats, se transforme en salle de conférence.

Durant le cabotage le long des côtes, deux sorties quotidiennes sont prévues. 10 navires pneumatiques d’une dizaine de passagers permettent de descendre rapidement à terre ou d’effectuer une virée autour des icebergs. Une double échelle de coupée avec 2 plateformes facilitent la rapidité des débarquements. Les passagers sont répartis en plusieurs groupes, chacun d’eux accompagné par un guide/naturaliste.

Un bateau respectueux de l'environnement :
- shampooing et savon biodégradables dans les cabines.
- Le détergeant utilisé est décliné "gamme verte" selon la certification européenne.
- Les polos en vente à la boutique sont 100% recyclables.
Prévention de la pollution par les déchets.
A bord, l’équipage s’engage à strictement respecter la réglementation SOLAS et MARPOL (Marine Pollution Prevention) :
- Aucun déchet n’est rejeté à la mer.
- Le bateau est équipé d’un grand réservoir d’eaux usées et aucun rejet liquide n’est effectué à proximité des côtes, notamment en Arctique et Antarctique.
- Les ordures ménagères ne sont pas brûlées dans un incinérateur mais conservées dans une chambre froide, avant d’être débarquées à terre, dans les infrastructures portuaires adéquates.
- La peinture de coque, avec durcisseur, possède une durée de vie plus longue, et permet d’utiliser moins de peinture.
- Aucune boue, vidange n’est effectuée en mer. Les eaux noires sont stockées dans des réservoirs spéciaux en attendant de pouvoir les débarquer dans des ports avec infrastructure suffisante.
- Plancius est équipé de moteurs électriques, ce qui permet une plus grande flexibilité sur le nombre de moteurs en utilisation, moins de consommation et donc moins de rejet dans l’air.

Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons). Les repas sont servis dans la salle de restaurant avec un petit déjeuner et un déjeuner sous forme de buffet. Pour le dîner, service à table avec choix du plat principal.

Service de bar : jus de fruits, boissons non alcoolisées, bières et une sélection de vins et de liqueurs. Vous n’êtes pas autorisé à amener des boissons alcoolisées à bord.

Vous êtes accueilli sur un bateau hollandais. Le chef prépare une cuisine internationale avec des repas copieux et variés. A tout moment, il est possible de se servir gratuitement de thé, café, tisane, potage.

Encadrement

A bord, 3 guides francophones, les autres guides anglophones.
Un accompagnement francophone depuis Paris.

Vos guides francophones :
Céline Clément-Chastel
Passionnée par la mer et les animaux marins et en particulier par les milieux polaires, Céline Clément-Chastel, contractuelle au CNRS, a d'abord été, en 1996-1997, chargée d'étude à l'Institut de géographie de Bergen en Norvège sur des questions de gestion des pêches en mer de Barents.
Depuis 1998, elle a mené diverses actions dans le cadre de programmes de recherche financés par l’Institut Polaire Français (IPEV) et axés sur les adaptations des oiseaux marins polaires aux variations de leur environnement. Captures, bagage, mesures biométriques, prises de sang, pose d’enregistreurs d’activité sur différentes espèces d’oiseaux marins n’ont plus de secrets pour elle.
Céline a, dans la même période, régulièrement pratiqué l'accompagnement de groupes de randonneurs et de croisières dans ces régions, ce qui lui a donné le goût de la vulgarisation scientifique. Elle travaille actuellement comme ingénieure chargée de médiation scientifique et assure la coordination et la réalisation d’actions de communication et de culture scientifique.

Lucas Humbert
Très tôt, Lucas Humbert découvre les joies de la montagne et très vite, il a su que sa place était dans le Jura et les Alpes ou ailleurs, pourvu que le relief permette de prendre de la hauteur….
Une pratique assidue de différents sports de montagne, lui ont permis d’acquérir des connaissances et un savoir-faire qu’est venue enrichir sa formation d’accompagnateur en montagne. C’est dans les régions polaires qu’il part régulièrement pour des compagnies de croisières-expédition: le Groenland, l’archipel nord canadien, le passage du nord-ouest ou l'Antarctique et il collabore au bureau des guides accompagnateurs du plateau des Rousses (Jura) au sein de l’Espace des Mondes Polaires.

Régis Perdriat
Biologiste de formation, il a toujours été passionné de Nature. Il rejoint rapidement la Station Ornithologique de l’Ile Grande et la Réserve Naturelle des Sept-Iles où il acquière une solide expérience de terrain. Entre conservation des espèces et sensibilisation à la Nature, il partage sa passion des oiseaux devenant tour à tour médiateur scientifique, soigneur de la faune sauvage puis garde sur la Réserve Naturelle des Sept-Iles.
Hivernant en Terres Australes & Antarctiques Françaises en 2007, il est engagé comme ornithologue écologue par le CNRS de Chizé et l’Institut Polaire Paul Emile Victor et il reste 14 mois sur l’Archipel de Kerguelen pour étudier les populations d’albatros, manchots et éléphants de mer. Ces derniers voyages polaires l’ont mené au Nord-Est du Groenland, dans les steppes du Kazakhstan ou en Péninsule Antarctique.


Préparation physique

De manière générale vous devez être en bonne santé et capable de marcher en terrain accidenté. Néanmoins, la croisière ne présente pas de difficulté physique particulière. Après votre inscription, un questionnaire santé vous sera remis.

Informations pratiques

Informations pratiques à Ushuaia
Bureau Aerolineas Argentinas, avenida Maipu 823 (entre la rue 9 de Julio et la rue Juan Manuel de Rosas). Tel : +54 (2901) 43 63 38.

Consulat honoraire de France, Sr. Mario Eiriz. Tel : +54 (02901) 15 56 0001 / (02901) 430 025
consulat.ushuaia@gmail.com
Ce consulat permet d'effectuer quelques formalités restreintes sur place.
Sinon, s'adresser au Consulat général à Buenos Aires : 1253 Basavilbaso - C1006AAA - Buenos Aires. Tel : + (54 11) 4515 6900

Communications à bord : il est possible de recevoir et d'envoyer des e-mails. Vos correspondants pourront connaître l'adresse du bord lorsque vous leur ferez parvenir un message, une fois embarqué. Il est également possible d'appeler depuis le téléphone satellite du bateau. Vos communications (e-mails ou téléphone) sont à régler à bord.

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple (ou valise).

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 8 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple (ou valise) :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous recevrez avant votre départ des étiquettes bagages, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée et prenez vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
Retirez votre veste ou votre manteau.
Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et votre sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. La fibre polaire retient mieux la chaleur que le coton.

Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent. Un dicton habituel en région polaire : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !".

La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- Une veste imperméable avec capuche.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous-vêtements secs et chauds. Pour la veste et le pantalon, le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirants.

- Un pantalon robuste qui puisse être porté entre vos sous-vêtements et un pantalon imperméable. Un jean et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions et pour porter à bord du bateau.

- Sous-vêtements : le polypropylène est fortement recommandé, il vous garde au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polaire peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe pour protéger les oreilles.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine ou coton/laine permettent l’isolation des pieds.

- Une paire de bottes en caoutchouc antidérapantes est essentielle pour les accostages : vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse ou de pêche recommandées). Ces bottes peuvent être réservées gratuitement, à bord du bateau.

Equipement

- Pensez à des lunettes de soleil de bonne qualité. Notez que la réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres ainsi qu’une paire de jumelles pour les observations sont essentiels.
- Le bateau est équipé de prises électriques européennes. Le courant électrique à bord est 220 volts/50 Hertz.

3. Formalités et santé

Formalités

Pour obtenir les informations sur les formalités d'entrée dans le pays, consulter : http://www.voyage.gc.ca/countries_pays/menu-fra.asp

Vaccins Obligatoires

Aucun.

Vaccins Conseillés

- Diphtérie, poliomyélite, tétanos (il est important, pour les voyageurs en région polaire, d’être vacciné contre le tétanos, qui peut compliquer des gelures graves) ;
- hépatite B, maladie sexuellement transmissible ;
- hépatite A, transmise par l'alimentation ;
- rage, pour les séjours longs.

Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction du type de voyage (durée, hébergement, mode de déplacement, activités…).
Ils peuvent relever de facteurs divers :
- la région elle-même ;
- les conditions climatiques ;
- les moyens de transport.

La région.
Si, dans les régions polaires, la circulation des microbes et des virus est moindre que dans les régions chaudes, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme existe cependant. C’est vrai pour la grippe dans le milieu fermé qu'est un bateau de croisière. Vrai également pour les risques alimentaires liés aux viandes de chasse ou à la contamination d'aliments par les déjections d'animaux sauvages.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur de l'hiver ne concerne pas les croisières de l'été austral, au cours desquelles les températures peuvent toutefois être négatives. Le froid ressenti est accentué par des vents souvent très violents.

Les déplacements.
Les risques sanitaires lors des croisières, où qu'elles se passent, sont liés au confinement en espace clos (quelle que soit la taille et le luxe du bateau). Ce sont les occasions d’affections contagieuses, respiratoires, alimentaires, voire sexuelles.
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord. Le prix des consultations n’est pas inclus dans celui du voyage.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

Rappelez-vous que, dans l´hémisphère Sud, les saisons sont inversées par rapport à celles de l´hémisphère Nord.
L´été (d´octobre à février-mars), avec des températures douces et des jours longs, est la saison la plus indiquée pour la Patagonie et les Andes méridionales (le sud de cette zone, au cœur des cinquantièmes hurlants, est toutefois le domaine du vent et marqué par une grande variabilité : soleil ou flocons et températures en montagnes russes entre 2° et 22°).
L´hiver (de juin à août) est recommandé pour voyager dans le nord et le nord-ouest, car les pluies sont alors moins fréquentes et les températures tropicales descendent de quelques degrés.
Le printemps et l´automne sont magnifiques à Buenos Aires.


La Terre de Feu
Après un vol d’Europe via Buenos Aires vous atterrissez à Ushuaia, capitale de la province de Terre de Feu argentine. La ville est située au pied des monts Martial, au nord d’une baie bien protégée des vents dominants d’ouest. La ville elle-même n’a que peu d’intérêt : ville de pionniers axée sur la vente de produits hors taxe, installée au cœur d’un site grandiose. C’est une ville de 60 000 habitants, offrant de nombreux services. Rendez-vous à l'ancien bagne, transformé en musée maritime (à l'extrémité est de la rue San Martin, dans l'enceinte de la base militaire).

Informations météorologiques
Dans ces hautes latitudes des cinquantièmes et des soixantièmes, les conditions météorologiques évoluent très vite ; une dépression passe à peu près toutes les 48 heures, en suivant un cycle très régulier. Dès qu’elle s’annonce, un vent puissant et humide souffle du secteur nord/nord-ouest avec de très fortes rafales qui peuvent atteindre des vitesses de 60 à 80 nœuds. Vers la fin de la dépression, subitement, au passage du front froid, le vent tourne au secteur ouest/sud-ouest, la température baisse, des éclaircies apparaissent, entrecoupées d’averses brusques et denses. En quelques instants, le vent peut atteindre des vitesses impressionnantes. Le vent tourne alors au secteur sud/sud-ouest, la température chute encore et pendant que le baromètre remonte, c’est un ciel dégagé, un vent froid et fort puis le calme revient. Dès l’annonce d’une nouvelle dépression, le vent passe au nord-ouest et le cycle recommence. Ces vents se font particulièrement sentir durant la traversée du passage Drake et le bateau peut être malmené durant une trentaine d’heures.

La convergence antarctique est la zone de séparation, limite océanographique et frontière biologique étendue tout autour du continent. Vous la franchirez aux alentours du 60e degré de latitude sud. C’est le lieu de rencontre entre les eaux froides et peu salées, en provenance du continent antarctique, qui se dirigent vers le nord et passent sous les eaux relativement plus chaudes et plus salées, arrivant des régions plus tempérées.

En péninsule Antarctique, la température extérieure varie entre +2°C et -3°C. C’est en été, de décembre à mars, que les précipitations sont les plus faibles.

L’Antarctique possède un climat froid, sec et venteux. Nous avons constaté au fil des années qu’il peut y avoir des variations climatiques très importantes d’un été à l’autre. Bien que les températures estivales puissent être étonnamment douces, attendez-vous néanmoins à connaître un temps venteux, nuageux avec des précipitations (neige et pluie). De grosses tempêtes sont rares, mais quand elles arrivent la température peut chuter à -10°C.

L’Antarctique est principalement visité pour ses immenses et impressionnants paysages de glace. Durant la navigation le long des côtes, nous longerons des centaines d’icebergs gigantesques, tout particulièrement à Port Pleneau. Les mois de janvier et février sont la meilleure période pour observer toute la faune qui vient se reproduire durant le court été austral : mammifères marins (baleines à bosse, petits rorquals, rorquals communs, phoques crabiers, phoques de Weddell, éléphants de mer et phoques léopards), les manchots (manchots Adélie, manchots papous et manchots à jugulaire) et les oiseaux marins (albatros, sternes, goélands dominicains, damiers du Cap et pétrels géants).

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Réglementation IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators) Directives pour les visiteurs de l'Antarctique :
Les activités menées dans l'Antarctique sont régies par le Traité sur l'Antarctique de 1959 et les accords associés, désignés collectivement sous le terme de "Système du Traité sur l'Antarctique". Le Traité a établi l'Antarctique comme zone de paix et de science.
En 1991, les parties consultatives du Traité sur l'Antarctique ont adopté le Protocole sur la Protection de l'Environnement du Traité de l'Antarctique, qui désigne l'Antarctique comme réserve naturelle. Le Protocole instaure des principes, des procédures et des obligations en matière d'environnement pour la protection globale de l'environnement de l'Antarctique ainsi que de ses écosystèmes dépendants et associés. Les parties consultatives ont convenu qu’en attendant son entrée en vigueur, les dispositions du Protocole doivent être appliquées autant que possible de manière appropriée, et ce conformément à leur système juridique. Le Protocole sur la Protection de l’Environnement a été ratifié en 1998.
Le Protocole sur la protection de l'Environnement s'applique au tourisme et aux activités non gouvernementales ainsi qu'aux activités gouvernementales menées dans la zone du Traité sur l'Antarctique. Il vise à s’assurer, que ces activités n'ont pas d'impacts négatifs sur l'environnement en Antarctique ni sur ses richesses scientifiques ou esthétiques. Ces directives pour les visiteurs de l'Antarctique visent à s’assurer que tous les visiteurs ont connaissance du Traité et du Protocole et sont par conséquent en mesure de s'y conformer. Les visiteurs sont bien entendu tenus par les lois et règlements nationaux applicables aux activités dans l'Antarctique.

Grand Nord Grand Large est membre de l'association IAATO et s'engage à respecter les règles de conduite des visiteurs en Antarctique. La capacité limitée du "Plancius" permet de débarquer tous les passagers en même temps, sur un même lieu.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

Bibliographie

Bibliographie sur l'Antarctique :
Jean-Baptiste Charcot,
Le "Français" au Pôle Sud, Ed. Aube document
Le "Pourquoi-pas ?" dans l’Antarctique, Ed. Arthaud

Jean-Louis Etienne,
Antarctica, Une aventure dans les mers australes, Ed. Gallimard

Marie Foucard,
Antarctique et Terres australes, Guides Grand Nord Grand Large.
Voyage au pays des manchots, Ed. Atlantica
Les cap-horniers du Roi Soleil, Ed. Atlantica

Peter Harrison,
Oiseaux de mer, guide d’identification, Ed. Broquet

Serge Kahn,
JB Charcot, explorateur des mers, navigateur des pôles, Ed. Glénat.

Lydie Lescarmontier & Romain Garouste
L'Empreinte des Glaces - Carnet de Voyage sur l'Astrolabe
Ed. Elytis

Claude Lorius, Roger Gendrin,
L’Antarctique, Ed. Flammarion

Rémy Marion,
Guide des manchots, Ed. Delachaux et Niestlé

A-M Vallin-Charcot, Marie Foucard, Serge Kahn,
Sur les traces de Jean-Baptiste Charcot, 100 ans après le 1er hivernage en Antarctique, Ed. Atlantica

Paul-Louis Paoli
Histoire et aventures polaires, Ed. l'Harmattan

Paul-Emile et Jean-Christophe Victor,
Planète Antarctique : nouvelle terre des hommes, Ed. Pluriel, Robert Laffont

Vidéos

Titre

Description

Extension

Pour prolonger votre voyage, n’hésitez pas à rester quelques jours de plus en sélectionnant une extension.

Camping
Vous avez la possibilité de passer 1 nuit à terre en Antarctique.
Tout le matériel de couchage est fourni sur place.
Prix : 160€/personne
Nombre de places limité (30 places). Nous contacter pour réserver avant départ.

Kayak
Accompagnée d’un guide spécialiste, l’activité kayak est l’occasion de sortir des sentiers battus en vous déplaçant au milieu des icebergs. Quelques coups de pagaies, et le "Plancius" n’est plus à portée de vue. Vous découvrez le crissement des glaçons qui s’entrechoquent, vous surprenez un phoque alangui sur la glace. Environ 4 sorties de kayak (ou plus) sont prévues durant la croisière. Des connaissances de base dans la pratique du kayak et une bonne condition physique sont requises. Parallèlement aux autres activités, les sorties kayak auront lieu lors des débarquements du matin ou de l’après-midi.
Kayak et combinaison néoprène sont fournis. Vous devrez prévoir le reste de l’équipement. Tous les repas et toutes les nuits se passent à bord. "Plancius" devient alors un véritable camp de base itinérant. Il est possible de combiner dans la même journée, les randonnées à terre et les sorties en kayak.
L’activité est soumise aux conditions météo et de glace, et à la seule décision du chef d’expédition. Plusieurs sorties durant le séjour.
Prix : 380€/personne
Nombre de places limité (14 places). Nous contacter pour réserver avant départ.
Accompagnement anglophone.

Découverte du parc national Lapataia
Le 7/02 en début de matinée, possibilité de découvrir le parc national Lapataia,15 km à l'ouest d'Ushuaia. Courtes randonnées, barrages de castor et forêt fuégienne sur les berges du lago Roca et les rivages du canal Beagle en compagnie d'un guide francophone. Retour en ville vers 13h.
Durée de la sortie : 4h30
Prix : 95€ par personne

Extensions en Argentine
- Séjour à El Calafate
- Découverte des chutes d'Iguaçu
- A travers la capitale de Buenos Aires
Nous consulter.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.

Découvrez notre bateau

Plancius