Croisières

Croisière Antarctique - Croisière Terre de Feu Odyssée antarctique

  • Manchots Adélie sur l île de Ross - Antarctique
  • Manchots empereurs - Antarctique
  • Observation des manchots empereur - Antarctique
  • Manchot empereur près du Cap Washington - Antarctique
  • Manchots Adélie en Mer de Ross - Antarctique
  • Le bateau d expédition M/V Ortelius - Antarctique
  • Le mont Erebus vu depuis la Mer de Ross - Antarctique
  • Iceberg à McMurdo Sound - mer de Ross - Antarctique
  • Baleine à bosse - Antarctique
  • Hélicoptère en Antarctique
  • À partir de 38560 $CAD
  • Prochain départ
  • Croisière
  • 33 Jours
  • Niveau :
  • Altitude
  • Code : ANT517

  • • La découverte de la plate-forme de glace de Ross
  • • Un navire spécialement renforcé glace
  • • Les survols et déposes en hélicoptère
  • • La visite de bases scientifiques et sites historiques
  • • Les différentes espèces de manchots

Durant cette croisière en Antarctique, le bateau d’expédition Ortelius navigue sur les traces glorieuses des explorateurs polaires de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Jean-Baptiste Charcot, Roald Amundsen, Robert Falcon Scott ou Ernest Shackleton… tous éprouvèrent pour cette terre inconnue une attirance teintée de crainte, le besoin irrépressible d’y revenir, d’aller plus loin.

Notre objectif : un tour de l'Antarctique entre la Terre de Feu et la Nouvelle-Zélande, avec au programme la plate-forme glaciaire de Ross, vaste comme la France ; l’île Pierre Ier, aussi flamboyante et terrifiante que le tsar à qui elle doit son nom ; l’île Macquarie, patrimoine mondial de l’Unesco, sculptée par des vents violents et des tempêtes de mer. Les manchots, les oiseaux des hautes latitudes jalonneront cette odyssée hors du temps.

Du blanc, tous les dégradés de bleu formeront la toile de fond de ce paysage hors pair, offrant toutes les nuances et toutes les formes de glace depuis les énormes icebergs tabulaires aux sculptures de glace aux formes les plus futuristes.

  • Activités

    Navigation, Observation animalière

  • Hébergements

    En bateau (32)

  • Itinérance

    Voyage itinérant

  • Environnement

    Terres Polaires

Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

17/02/2023

20/03/2023

38560 $CAD Assuré

Le prix comprend

La pension complète à bord (hors boissons), sur la base d'un hébergement en cabine quadruple, le transfert entre le port de Bluff et Invercargill (25 km).

Le prix ne comprend pas

Les assurances, les frais d'inscription, les vols, la nuit d'hôtel la veille de la croisière, les pourboires à l'équipage, les dépenses personnelles (service de blanchisserie, éventuelles communications, consommations de bar), les repas durant les transferts, le supplément pour un hébergement en cabine de catégorie supérieure.

Complément d'information tarifaire

Le prix indiqué est celui d'une place en cabine quadruple. Pour autre cabines, merci de nous consulter.

Idées associées

Faune  /   Baleine  /   Iceberg  /   Expédition  /   Ushuaia  /   Phoque  /   Banquise  /   Bateaux d'expédition  /   Drake  /   Manchot empereur.

Jour par jour

Jour 1 :

Début de croisière

Votre voyage débute là où l’Amérique du Sud se termine. Ushuaia, en Argentine, ville réputée être la plus au sud de la planète, est située à la pointe extrême de l’Amérique du Sud.
Embarquement en début d'après-midi et navigation pour le reste de la soirée sur le canal Beagle, bordé de montagnes. Début de croisière et présentation de l'équipe d'encadrement. Le bateau quitte la Terre de Feu, cap sur l'Antarctique. Première nuit en mer.

  • Hébergement : en bateau
Jours 2 et 3 :

En mer

Au cours des prochains jours, nous allons suivre les expériences des grands explorateurs polaires qui ont cartographié ces régions les premiers : brise fraîche salée, mers houleuses, peut-être même l’apparition d’un rorqual commun. Le cycle de conférences débute par une présentation de la région et de la faune observée, ainsi que du code de conduite du visiteur antarctique. Vous êtes les bienvenus sur les ponts pour observer les nombreux oiseaux qui suivent le bateau.

  • Hébergement : en bateau
Jours 4 à 6 :

Traversée du cercle polaire et mer de Bellingshausen

Nous continuons notre périple plus au sud le long de la péninsule, jusqu’à atteindre et dépasser cette ligne abstraite du passage du cercle polaire antarctique que nous fêterons dignement à bord. En prolongeant vers l’ouest nous entrons dans la mer de Bellingshausen, du nom de l'amiral et explorateur russe Fabian Gottlieb von Bellingshausen qui découvrit l’Antarctique en 1820. Nous devrions rencontrer nos premières plaques de banquise.

  • Hébergement : en bateau
Jour 7 :

Ile Pierre 1er

L'île Pierre 1er, de formation volcanique, a été découverte par Bellingshausen en 1821. Elle porte le nom de Pierre le Grand, tsar et empereur russe. J-B Charcot aperçoit l'île, lors de son expédition avec le "Pourquoi-Pas ?". Il arrive à 1 ou 2 milles de la côte et découvre une masse noire enveloppée de nuages mais ne peut débarquer. L'île est très rarement visitée par les bateaux de croisière. Lors d'un précédent voyage, il avait été observé des colonies d'éléphants de mer et des fulmars.

  • Hébergement : en bateau
Jours 8 à 14 :

Mer d'Amundsen

Durant les jours qui suivent, notre bateau traverse la mer d'Amundsen à la limite de la banquise et, selon les conditions de la glace, nous devrions découvrir le continent antarctique. La navigation à proximité de la glace est passionnante, et les observations ne devraient pas manquer avec quelques manchots empereurs, des groupes de phoques sur la banquise ainsi que des orques et des petits rorquals à la limite de la glace.

  • Hébergement : en bateau
Jours 15 à 17 :

Plate-forme de Ross

Nous approchons de la plate-forme de glace de la mer de Ross, avec un front glaciaire d'une trentaine de mètres de haut. Roald Amundsen démarra son expédition à la conquête du pôle Sud depuis la baie des Baleines (à l'extrémité est de la plate-forme de glace, à proximité de l'île Roosevelt). Il gagna le pôle le 14 décembre 1911. Si les conditions le permettent, nous tenterons nous aussi de gagner cette plate-forme, mais par la voie aérienne en utilisant les hélicoptères présents à bord.

Durant cette partie de navigation, nous franchissons la ligne de changement de date (ou antiméridien).

  • Hébergement : en bateau
Jours 18 à 20 :

Mer de Ross

Nous nous rendons à proximité de l'île de Ross, dominée par le mont Erebus, le mont Terror et le mont Bird. Nous essaierons d’atterrir en hélicoptère à un ou plusieurs endroits de la région. Si les conditions de glace le permettent, nous nous rendrons au cap Evans pour visiter la hutte de Robert Falcon Scott. Nous tenterons ensuite une visite à la base scientifique américaine McMurdo et/ou la base néo-zélandaise Scott. Depuis Castle Rock, nous aurons une vue imprenable sur toute la barrière de Ross à destination du pôle Sud, avec la vallée de Taylor.

  • Hébergement : en bateau
Jours 21 et 22 :

Exploration de l'insolite île Inexpressible

Nous longeons la côte ouest de la mer de Ross, dépassons le champ d'icebergs échoués de Drygalski puis la baie Terra Nova. Nous tenterons de débarquer sur l’île Inexpressible, dont l’histoire est fascinante car liée à l’un des groupes de l’expédition Terra Nova de Robert Falcon Scott, menée de 1910 à 1913. Le Terra Nova n'arrivant pas pour les récupérer (car pris dans les glaces), ils furent forcés d’hiverner. Cette île abrite également une grande colonie de manchots Adélie.

  • Hébergement : en bateau
Jour 23 :

Cap Adare

Nous arrivons au cap Adare. Ce cap de l’Antarctique sépare la mer de Ross à l'est de l'océan Austral à l'ouest et borde la chaîne de l'Amirauté. C’est ici qu’eut lieu le premier hivernage sur le continent antarctique et fut par la suite un important camp de base durant l'âge héroïque de l'exploration en Antarctique. Le refuge où séjourna le Norvégien Borchgrevink en 1899, est entouré d'une des plus importantes colonies de manchots Adélie au monde.

  • Hébergement : en bateau
Jour 24 :

Cap vers les îles Balleny

L’aventure continue et nous mettons le cap au nord vers les îles Balleny. Il faudra une journée de navigation à travers l’océan Austral pour rejoindre l’archipel. Balayé par les vents, formé de trois îles principales et de nombreux petits îlots, c’est un lieu exceptionnel car rares sont ceux qui ont eu l’occasion d’y débarquer. La raison principale est qu’elles sont souvent inaccessibles en raison des glaces dérivantes qui parfois les entourent, expliquant qu’elles soient si méconnues.

  • Hébergement : en bateau
Jour 25 :

Les îles ventées de Balleny

Les îles Balleny sont le plus souvent balayées par les vents. Nous tenterons d'approcher de l'île Sturge avant de franchir à nouveau le cercle polaire.

  • Hébergement : en bateau
Jours 26 à 28 :

Les beautés de l'océan Austral

Après les îles Balleny, nous entamons la traversée de l’océan Austral en direction des îles subantarctiques. Le cycle des conférences continue durant ces journées de navigation. Le bateau est accompagné par un cortège d’oiseaux des hautes latitudes : albatros à sourcils noirs, damiers du Cap et fulmars. Bienvenue sur les ponts extérieurs ou sur la passerelle pour observer ces nombreux oiseaux qui suivent le bateau. Nous devrions bientôt avoir en vue les dernières îles de notre périple, les îles subantarctiques.

  • Hébergement : en bateau
Jour 29 :

Ile Macquarie

L'île Macca, également appelée Macquarie, est une réserve naturelle rattachée à la Tasmanie et classée depuis 1997 au patrimoine mondial. La faune est extraordinaire et diversifiée avec des colonies de manchots papous, de gorfous sauteurs ainsi qu'un million de couples de manchots royaux. Les éléphants de mer et les otaries à fourrure sont également présents.

  • Hébergement : en bateau
Jours 30 et 31 :

Iles subantarctiques : île Campbell

Les îles subantarctiques de la Nouvelle-Zélande sont classées au patrimoine mondial. La plus grande, l’île Campbell, possède une riche faune locale. Vous pourrez ainsi approcher les colonies d’albatros royaux et albatros hurleurs qui nichent sur l’île principale, tandis que les îles secondaires abritent une vaste population d’oiseaux marins comme les albatros à tête grise ou les albatros fuligineux. L’île Campbell est également le lieu de reproduction de trois espèces de manchots : les gorfous sauteurs, les gorfous huppés et les manchots antipodes.

  • Hébergement : en bateau
Jour 32 :

Dernière traversée

La fin de cette belle aventure approche. Nous entamons la dernière journée de mer, et vous assisterez aux dernières conférences des guides ainsi qu’au briefing vous expliquant comment se passera le débarquement du lendemain. Chacun profite de cette journée pour échanger des contacts, des photos, mais aussi partager l’expérience unique que nous avons eu la chance de vivre tous ensemble.
"La vie polaire, et de surcroît en groupe, ne permet aucun maquillage, aucun subterfuge, aucune tricherie. On se montre tel qu’on est : l’homme que l’on est au fond de soi et qu’on ignore soi-même…" Paul-Emile Victor

  • Hébergement : en bateau
Jour 33 :

Débarquement à Bluff (Nouvelle-Zélande)

Toute aventure, aussi sublime soit-elle, doit prendre fin. En milieu de matinée, les préparatifs du débarquement commencent. Il est temps de faire ses adieux à l’équipe d’expédition qui vous a accompagnés durant ce périple antarctique. Débarquement au port de Bluff, la ville la plus au sud de la Nouvelle-Zélande, et transfert à l'aéroport d'Invercargill (situé à 25 km) ou au centre-ville d'Invercargill.

Important itinéraire

Ce programme est communiqué dans le sens Ushuaia (argentine)/Bluff (Nouvelle-Zélande). il permet de découvrir l'Antarctique à bord d’un navire d’expédition dont l’équipage est anglophone. Ceci n’est qu’un exemple d’itinéraire. Le programme définitif sera déterminé à bord par le commandant du navire et le chef d’expédition. Nous attirons votre attention sur le fait que vous vous trouverez dans la région la plus éloignée du monde. Aucun débarquement ne pourra être garanti. Dans cette région, les conditions climatiques et de glace peuvent changer très vite et remettre en cause une sortie en bateau pneumatique. La priorité sera avant tout votre sécurité.

Durant ce parcours, plusieurs journées se dérouleront exclusivement sur le bateau (avec des observations depuis les ponts extérieurs, des conférences) et une part importante de cette croisière se déroulera "en mer" étant donné les distances à parcourir avant d'atteinte des régions exceptionnelles mais difficiles d'accès.

Certains débarquements sont conditionnés à des autorisations délivrées par les autorités compétentes ultérieurement à la date de publication du séjour. Enfin, les Tours Opérateurs membres de l'association IAATO (dont fait partie la compagnie maritime), harmonisent les lieux d'escale en début de saison, de façon à ne pas trouver 2 bateaux sur les mêmes sites, au même moment. Une certaine souplesse est donc demandée.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Observation animalière

Environnement

Terres Polaires

Itinérance

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Aucun niveau particulier n’est requis mais nous insistons sur le rythme de la navigation, avec nuit en mer, quarts et participation souhaitée aux manœuvres, de jour comme de nuit.


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 1 à 100 participants

Caractéristiques du circuit

Le bateau est équipé de 2 hélicoptères. Si l'un d'eux ne pouvait effectuer des rotations, les vols seraient annulés pour des raisons de sécurité. Si les vols en hélicoptère ne pouvaient être possibles pour cause de conditions météo, de glace ou de navigation, de raisons techniques ou autres, les participants ne pourront prétendre à aucune réclamation ou remboursement, même si cet événement entraîne des changements, des reports ou des annulations de certains aspects ou éléments du voyage.

Ce séjour exceptionnel s'adresse plus à des "passionnés des régions polaires" qui ont déjà effectué des séjours plus classiques. On ne fait pas plus d'observations parce que l'on reste plus longtemps sur le bateau. Ce séjour est vraiment "hors norme" et permet de gagner des régions, sites impossibles autrement mais cela implique des journées entières en mer, loin de la côte, loin de tout site à observer.

Certains débarquements sont conditionnés à des autorisations des autorités compétentes ultérieurement à la date de publication du séjour.

Hébergement

A bord du M/v "Ortelius"
Le bateau a été construit en Pologne en 1989, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine russe, sous le nom de "Marina Svetaeva". Il appartient désormais à la flotte de la compagnie Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 116 passagers.

Le bateau porte le nom du célèbre cartographe hollandais, Abraham Ortelius (1527-1598) qui publia le 1er atlas "Theatrum Orbis Terrarum" (Théâtre du Monde), un atlas géographique très complet. C’est probablement le premier recueil de cartes géographiques réunies dans un livre, 20 ans avant la parution de l’atlas du monde de Mercator. L’ouvrage "Theatrum Orbis Terrarum" eut tant de succès à cette époque qu’il dut être réimprimé pour la quatrième fois dès la première année de sa parution. Entre 1570 et 1612, l’atlas paraît en 42 éditions et en 7 langues.

Longueur : 91,25m
Largeur : 17,61m
Tirant d’eau : 5,8m
Classification glace : 1 A
Déplacement : 4575 tonnes
Moteurs : 6 x diesel
Vitesse : 14,3 nœuds maxi
Pavillon hollandais.

Equipage : 52 membres d’équipage dont 1 chef d’expédition, 8 guides-naturalistes et 1 médecin.
L’équipage, le personnel de cabine et d’hôtellerie sont tous anglophones.
Capacité : 116 passagers, en 53 cabines avec sanitaires privés.

Le navire possède la classification glace (UL1, équivalent à 1A), ce qui lui permet des navigations poussées, dans la glace. Il dispose également de 2 restaurants, 1 salon conférence/bar.

Le pont 5 du navire a subi une refonte complète au printemps 2014, afin de proposer de nouvelles cabines d’un standard supérieur : des cabines doubles avec fenêtre, doubles Deluxe et Supérieures totalement rénovées, confortables, modernes et spacieuses.

Toutes les cabines possèdent des couchettes basses (sauf les cabines quadruples et triples) avec une salle de bain privée et une vue extérieure (fenêtre ou hublot). Ce hublot peut être obstrué, en cas de mauvais temps ou pour des raisons de sécurité.
La literie et le linge de toilette sont fournis.
Pas de coffre-fort dans les cabines, mais vous pouvez remettre vos objets personnels au maître d'hôtel qui les rangera dans le coffre-fort du bateau.

6 catégories de cabines :
- 4 cabines quadruples avec 2x2 couchettes superposées, hublot
- 2 cabines triples, hublot
- 27 cabines doubles, 2 couchettes basses, hublot
- 12 cabines doubles avec 2 couchettes basses, fenêtre
- 2 cabines doubles Deluxe, 2 couchettes basses, fenêtre
- 6 cabines doubles Supérieures, lit double, sofa, fenêtre

A bord, la vie est conviviale dans l’esprit des bateaux d’expéditions, loin des soirées de gala et des décors des grands paquebots de croisière. Le bar et la bibliothèque, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence. Pour l’observation, les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l’accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart. La taille réduite donne une grande souplesse d’organisation des journées. Lors des navigations, des conférences sur des sujets liés aux pôles (faune, glaces, histoire, géologie, etc.) sont organisées. La priorité reste l'observation de la faune et de l'environnement, avec une optimisation des temps de débarquement.

Durant le cabotage le long des côtes, deux à trois sorties sont prévues quotidiennement. Les navires pneumatiques d’une dizaine de passagers permettent de descendre rapidement à terre ou d’effectuer une virée autour des icebergs. A terre, les passagers sont répartis en plusieurs groupes, chacun d’eux accompagné par un guide/naturaliste anglophone.

Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons). Les repas sont servis dans la salle de restaurant.
Service de bar : jus de fruits, boissons non alcoolisées, bières et une sélection de vins et de liqueurs. Vous n’êtes pas autorisé à amener des boissons alcoolisées à bord.
Vous êtes accueilli sur un bateau hollandais. Le chef prépare une cuisine internationale avec des repas copieux et variés. A tout moment, il est possible de boire gratuitement de thé, café, tisanes et eau minérale.

Encadrement

Anglophone.

Informations pratiques

Informations pratiques à Ushuaia
Bureau Aerolineas Argentinas, Avenida Maipu 823 (entre la rue 9 de Julio et la rue Juan Manuel de Rosas) tel : +54 (2901) 43 63 38.
Consulat de France, Olegario Andrade 563.

Communications à bord : il est possible de recevoir et d'envoyer des e-mails. Vos correspondants pourront connaître l'adresse du bord lorsque vous leur ferez parvenir un message, une fois embarqué. Il est également possible d'appeler depuis le téléphone satellite. Vos communications (e-mails ou téléphone) sont à régler à bord.

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple (ou valise).

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 8 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple (ou valise) :
Il doit contenir le reste de vos affaires.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
-- Retirez votre veste ou votre manteau.
-- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid.
Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent.
Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. Les nouvelles fibres synthétiques comme la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton.
Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent. Un dicton habituel en région polaire : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !".

La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- La veste imperméable munie d’une capuche. Le Gore-tex ou les vestes de marin sont l'idéal bien qu’il soit possible de trouver des tenues étanches moins chères. La veste étanche est la couche de vêtements la plus importante.

- Un pantalon chaud. Un pantalon de ski convient ou un pantalon robuste qui puisse être porté entre vos sous-vêtements et un pantalon imperméable. Un jean et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions et pour porter à bord du bateau.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous-vêtements secs et chauds. Le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirants.

- Sous-vêtements : la soie ou le polypropylène sont fortement recommandés, ils vous gardent au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe protègent les oreilles.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en polypropylène ou coton/laine permettent l’isolation des pieds. Apportez plusieurs paires, sachant que vous aurez inévitablement les pieds mouillés par la transpiration ou si vous mettez malencontreusement un pied dans l’eau.

- Une paire de bottes en caoutchouc complètement étanches, rigides et antidérapantes est essentielle pour les accostages : vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse ou de pêche recommandées). Ces bottes peuvent être réservées à bord du bateau.

Equipement

- Des lunettes de soleil de bonne qualité. Notez que la réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres.
- Une paire de jumelles.
- Le bateau est équipé de prises électriques européennes. Le courant électrique à bord du bateau est de 220 volts/50 Hertz.

Matériel fourni

Des bottes étanches sont fournies à bord.

3. Formalités et santé

Formalités

Pour obtenir les informations sur les formalités d'entrée dans le pays, consulter : http://www.voyage.gc.ca/countries_pays/menu-fra.asp

Vaccins Obligatoires

Pas de vaccin obligatoire, sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de pays d'Afrique subsaharienne et d'Amérique latine où la maladie est présente.

Vaccins Conseillés

- Diphtérie, poliomyélite, tétanos (il est important, pour les voyageurs en région polaire, d’être vacciné contre le tétanos, qui peut compliquer des gelures graves) ;
- hépatite B, maladie sexuellement transmissible ;
- hépatite A, transmise par l'alimentation ;
- rage, pour les séjours longs.

Autres risques

PENDANT LA PERIODE DE CIRCULATION DU COVID19, NOUS INVITONS LES VOYAGEURS A CONSULTER NOS « NEWS » SANTE, OU NOUS ACTUALISONS LES RECOMMANDATIONS SANITAIRES.

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction du type de voyage (durée, hébergement, mode de déplacement, activités…).
Ils peuvent relever de facteurs divers :
- la région elle-même ;
- les conditions climatiques ;
- les moyens de transport.

La région.
Si, dans les régions polaires, la circulation des microbes et des virus est moindre que dans les régions chaudes, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme existe cependant. C’est vrai pour la grippe dans le milieu fermé qu'est un bateau de croisière. Vrai également pour les risques alimentaires liés aux viandes de chasse ou à la contamination d'aliments par les déjections d'animaux sauvages.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur de l'hiver ne concerne pas les croisières de l'été austral, au cours desquelles les températures peuvent toutefois être négatives. Le froid ressenti est accentué par des vents souvent très violents.

Les déplacements.
Les risques sanitaires lors des croisières, où qu'elles se passent, sont liés au confinement en espace clos (quelle que soit la taille et le luxe du bateau). Ce sont les occasions d’affections contagieuses, respiratoires, alimentaires, voire sexuelles.
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord. Le prix des consultations n’est pas inclus dans celui du voyage.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

La Terre de Feu
Après un vol d’Europe via Buenos Aires vous atterrissez à Ushuaia, capitale de la province de Terre de Feu argentine. La ville est située au pied des monts Martial, au nord d’une baie bien protégée des vents dominants d’ouest. La ville elle-même n’a que peu d’intérêt : ville de pionniers axée sur la vente de produits hors taxe, installée au cœur d’un site grandiose. C’est une ville de 45 000 habitants, offrant de nombreux services.

Informations météorologiques
Dans ces hautes latitudes des cinquantièmes et des soixantièmes, les conditions météorologiques évoluent très vite ; une dépression passe à peu près toutes les 48 heures, en suivant un cycle très régulier. Dès qu’elle s’annonce, un vent puissant et humide souffle du secteur nord/nord-ouest avec de très fortes rafales qui peuvent atteindre des vitesses de 60 à 80 nœuds. Vers la fin de la dépression, subitement au passage du front froid, le vent tourne au secteur ouest/sud-ouest, la température baisse, des éclaircies apparaissent, coupées d’averses brusques et denses. En quelques instants, le vent peut atteindre des vitesses impressionnantes. Le vent tourne alors au secteur sud/sud-ouest, la température chute encore et pendant que le baromètre remonte, c’est un ciel dégagé, un vent froid et fort puis le calme revient. Dès l’annonce d’une nouvelle dépression, le vent passe au nord-ouest et le cycle recommence. Ces vents se font particulièrement sentir durant la traversée du passage Drake et le bateau peut être malmené durant une trentaine d’heures.

La convergence antarctique est la zone de séparation, limite océanographique et frontière biologique étendue tout autour du continent. Vous la franchirez aux alentours du 60e degré de latitude sud. C’est le lieu de rencontre entre les eaux froides et peu salées en provenance du continent antarctique qui se dirigent vers le nord et passent sous les eaux relativement plus chaudes et plus salées arrivant des régions plus tempérées.

En péninsule antarctique, la température extérieure varie entre +2° et -3°C. C’est en été, de novembre à janvier, que les précipitations sont les plus faibles.

L’Antarctique possède un climat froid, sec et venteux. Nous avons constaté au fil des années qu’il peut y avoir des variations climatiques très importantes d’un été à l’autre. Bien que les températures estivales puissent être étonnamment douces, attendez-vous néanmoins à connaître un temps venteux, nuageux avec des précipitations (neige et pluie). De grosses tempêtes sont rares, mais, quand elles surviennent, la température peut chuter à -10°C.

L’Antarctique est principalement visité pour ses immenses et impressionnants paysages de glace. Pendant que nous naviguerons le long des côtes nous longerons des centaines d’icebergs gigantesques. La péninsule antarctique est principalement visitée pour ses immenses et impressionnants paysages de glace. Pendant que nous naviguons le long des côtes de la Terre de Graham, nous longeons de nombreux icebergs gigantesques, tout particulièrement à Port Pleneau. Janvier et février sont également la meilleure période pour observer toute la faune qui vient se reproduire durant le court été austral : mammifères marins (baleines à bosse, petits rorquals, rorquals communs, phoques crabiers, phoques de Weddell, éléphants de mer et phoques léopards), les manchots (manchots Adélie, manchots papous et manchots à jugulaire) et les oiseaux marins (albatros, sternes, goélands dominicains, damiers du Cap et pétrels géants).

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Réglementation IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators) Directives pour les visiteurs de l'Antarctique :
Les activités menées dans l'Antarctique sont régies par le Traité sur l'Antarctique de 1959 et les accords associés, désignés collectivement sous le terme de "Système du Traité sur l'Antarctique". Le Traité a établi l'Antarctique comme zone de paix et de science.
En 1991, les parties consultatives du Traité sur l'Antarctique ont adopté le Protocole sur la Protection de l'Environnement du Traité de l'Antarctique, qui désigne l'Antarctique comme réserve naturelle. Le Protocole instaure des principes, des procédures et des obligations en matière d'environnement pour la protection globale de l'environnement de l'Antarctique ainsi que de ses écosystèmes dépendants et associés. Les parties consultatives ont convenu qu’en attendant son entrée en vigueur, les dispositions du Protocole doivent être appliquées autant que possible de manière appropriée, et ce conformément à leur système juridique. Le Protocole sur la Protection de l’Environnement a été ratifié en 1998.
Le Protocole sur la protection de l'Environnement s'applique au tourisme et aux activités non gouvernementales ainsi qu'aux activités gouvernementales menées dans la zone du Traité sur l'Antarctique. Il vise à s’assurer, que ces activités n'ont pas d'impacts négatifs sur l'environnement en Antarctique ni sur ses richesses scientifiques ou esthétiques. Ces directives pour les visiteurs de l'Antarctique visent à s’assurer que tous les visiteurs ont connaissance du Traité et du Protocole et sont par conséquent en mesure de s'y conformer. Les visiteurs sont bien entendu tenus par les lois et règlements nationaux applicables aux activités dans l'Antarctique.

Grand Nord Grand Large est membre de l'association IAATO et s'engage à respecter les règles de conduite des visiteurs en Antarctique. La capacité limitée du navire "Ortelius" permet de débarquer tous les passagers en même temps, sur un même lieu.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

Bibliographie

Jean-Louis Etienne,
Antarctica. Une aventure dans les mers australes, Ed. Gallimard

Michel Fehrenbach,
Aurores boréales et australes, GNGL Productions

Marie Foucard,
Guides Grand Nord : Terres australes, GNGL Production
Voyage au pays des manchots, Ed. Atlantica

Peter Harrison,
Oiseaux de mer, guide d’identification, Ed. Broquet

Pierre Jouventin,
Les confessions d’un primate, les coulisses d’une recherche sur le comportement animal, Ed. Belin, Pour la science

Claude Lorius, Roger Gendrin,
L’Antarctique, Flammarion.

Rémy Marion,
Guide des manchots, Ed. Delachaux et Niestlé

Pierre Prévost,
Guide des oiseaux et mammifères marins des Terres australes et antarctiques, Ed. Delachaux et Niestlé.

Jeff Rubin,
Antarctica, Lonely Planet

A-M Vallin-Charcot, Marie Foucard, Serge Kahn,
Sur les traces de Jean-Baptiste Charcot, 100 ans après le 1er hivernage en Antarctique, Ed. Atlantica.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.

Découvrez notre bateau

Ortelius
S'inscrire / Poser une option